Les douleurs de la sciatique sont principalement dues à une compression de la racine antérieure, qui est motrice du nerf sciatique.

Si elles sont fréquentes chez les personnes sportives, et ne nécessitent qu’un repos ainsi qu’un traitement anti-inflammatoire pour être soulagées, certains cas présentent des douleurs plus difficiles à soulager.

Par exemple, quand des lésions importantes avec rupture du risque intervertébral, ou des hernies discales présentent des douleurs plus intenses et plus prolongées, l’opération chirurgicale s’impose. Passer un scanner permettra de savoir si oui ou non l’opération est nécessaire.

Quel traitement pour calmer les douleurs?

Lorsqu’on est sujet à une sciatique, le premier symptôme majeur est la douleur. Très handicapante et gênante, un traitement, associé à un maximum de repos est conseillé : antalgiques, anti-inflammatoires, dérivés morphiniques (médicaments de classe III) pour un traitement par voie orale mais parfois, ils ne suffisent pas.

On peut alors recourir aux infiltrations de corticoïdes, ou aux techniques mécaniques (contention lombaire, vertébrothérapie, tractions…) qui ont un taux de réussite qui avoisine les 70%.

Le recours à la chirurgie

En cas d’échec du traitement pharmaceutique et d’aggravation des symptômes, le patient doit recourir à la chirurgie afin de soulager ses douleurs et gagner en qualité de vie.

Ces techniques chirurgicales permettent à la grande majorité des patients de ne plus souffrir de sciatique. Le chirurgien va soulager la compression de la racine nerveuse selon deux possibilités :

  • Soit extraire le fragment de disque qui provoque la hernie (C’est la méthode la plus courante et qui connaît un taux de réussite de 100%)
  • Soit extraire le fragment de disque gênant par voie percutanée (Administration sur la peau d’un ou plusieurs médicaments activés par la micro circulation, puis par la circulation sanguine).

Les cas extrêmes de la sciatique

Il arrive parfois que la sciatique s’accompagne du syndrome de « queue de cheval » (signes de paralysie des membres inférieurs, perte de contrôle des sphincters, et donc incontinence, perte de masse musculaire etc…) et dans ce cas, la chirurgie est inévitable.

Si vous présentez ces signes, il est urgent de consulter le plus rapidement possible.

Quelle que soit votre type de sciatique, soyez patient et sachez vous mettre au repos car pour affirmer une guérison, il faut plusieurs mois.