Une infection urinaire est définie par la présence de bactéries dans les urines, ce qui se traduit par des difficultés à uriner, une sensation de brûlure lors du passage aux toilettes ou des douleurs lorsque le patient urine.

Elles sont provoquées par la migration de germes vers la vessie. Les femmes, les personnes âgées et les jeunes enfants y sont les plus exposés. Peu de cas sont recensés chez les hommes.

Cette infection peut s’avérer très gênante et devenir très fréquente. Pour une femme qui a des rapports sexuels fréquents il n’est pas impossible que cela provoque des cystites, il est donc conseiller d’uriner après les rapports.

Une hygiène trop répétées peut aussi provoquer cette réaction en provoquant un déséquilibre de la flore. Contre l’infection il est, en général, préconiser de prendre un traitement à base d’antibiotiques. C’est pour cette infection qu’ils sont le plus souvent prescrits. De nombreux facteurs peuvent en être responsable mais le principal est d’être de sexe féminin.

Quelles solutions pour lutter contre l’infection urinaire ?

Il est conseillé de boire beaucoup et de boire chaud, pour favoriser l’envie d’uriner et ainsi évacuer les bactéries qui pourraient être présentes dans l’urètre.

Mais il existe une méthode encore peu utilisée et peu connue. Un système de séquençage de l’ADN permettrait de soigner beaucoup plus rapidement et plus efficacement les infections urinaires.

C’est un dispositif qui ne dépasse pas la taille d’une clé USB qui pourrait constater la présence de germes infectieux plus rapidement que les méthodes traditionnelle comme l’analyse d’urine pour lesquelles les résultats ne sont pas assez rapides à obtenir.

Cette nouvelle façon de détecter l’infection urinaire permettrait de prescrire l’antibiotique correspondant beaucoup plus vite, en détectant très rapidement de quel type de germes il s’agit.

Le plus gros problème de cette méthode de séquençage de l’ADN est qu’elle ne détecte les germes que dans des urines très infectées.

Pour l’instant elle n’en n’est qu’à ce stade mais c’est déjà un très grand pas vers une solution plus radicale et plus rapide pour détecter et analyser les germes présents dans les urines et les éradiquer, bientôt cette méthode sera peut être applicable à des personnes faiblement affectées.